Retour à la recherche

Reliquaire de la Vraie Croix - coffret


Numéro d'inventaire:

SSTM.2

Dénomination / Titre / Désignation:

Reliquaire de la Vraie Croix
coffret

Date de création / Datation:

12e siècle

Matière:

bois ; cuivre ; fer ; bronze

Mesures:

Hauteur en cm : 25,2 ; Longueur en cm : 31 avec débordement du couverc ; Longueur en cm : 30,8 ; Largeur en cm : 14,8 ; Largeur en cm : 16 avec débordement platine

Lieu de collecte:

Saint-Sernin (basilique) : Toulouse [Haute-Garonne]

Description:

Coffret et couvercle en bois articulé par deux charnières et comportant une serrure. Le coffret et son couvercle sont recouverts de plaques de cuivre émaillé, fixées sur le bois par des clous de cuivre. Un socle postérieur au reliquaire (socle daté du XVIe siècle) surélève le coffret. Sur le couvercle : le Christ en majesté, dans une mandorle, est représenté sur la face principale. À gauche, la Vierge, debout, le visage voilé ouvre sa main droite élevée et tient un fleuron en forme de lys (?) de sa main gauche ; derrière elle, se tient un ange, ailes déployées. À droite du Christ, sans doute Jean l'Évangéliste (en raison de son visage jeune et imberbe) présente de sa main droite voilée un livre fermé, et, comme la Vierge, ouvre la paume de sa main gauche ; derrière lui, se tient également un ange. Le petit côté gauche du couvercle est occupé par une représentation de l'Annonciation. Deux anges sont figurés sur le petit côté droit. La face postérieure du couvercle décrit la scène de la découverte du sarcophage vide du Christ, suite à la Résurrection. Cuve et couvercle ouvert sont décorés de motifs ondés, évoquant les « strigiles » des sarcophages romains et paléochrétiens ou le veinage d'un beau marbre. Trois soldats sont présents, l'un d'eux, au-dessus du sarcophage, désigne l'intérieur de la sépulture aux trois saintes femmes couronnées qui se présentent devant lui. Un ange, assis à la droite du sarcophage, les deux ailes retournées vers le haut, complète la scène. Il élève sa main droite, index dressé, comme pour indiquer aux saintes femmes la signification du sarcophage vide. Le coffret illustre la découverte de la Vraie Croix et la translation de la relique jusqu'à Toulouse. La lecture de cette « bande dessinée » débute par le petit côté droit qui décrit la découverte, par le Juif Judas et en présence de sainte Hélène, de la croix du Christ. La face postérieure montre comment l’abbé du monastère de Josaphat, à Jérusalem, remit une parcelle de cette croix à Raimond Botardel, envoyé de l’abbaye Saint-Sernin, et comment ce dernier s’embarqua avec la relique sur un bateau en partance pour l’Occident. Le petit côté gauche illustre comment Raimond Botardel et la croix-reliquaire sont accueillis par Pons, abbé de Saint-Sernin, et le clergé de cette église. Enfin, sur la face antérieure, l’abbé et les chanoines de Saint-Sernin offrent cette relique à saint Saturnin. Chef-d’œuvre des émailleurs limousins du dernier quart du XIIe siècle, ce coffret illustré avait pour but d’attester l’authenticité de la parcelle de la Vraie Croix qu'il recelait, en montrant toutes les étapes de sa translation de Jérusalem à Toulouse. Sur le couvercle, l’Annonciation, le constat de la Résurrection du Christ par les saintes femmes qui visitent son tombeau, le Christ en gloire entre la Vierge et saint Jean révèlent le sens de l’Incarnation du Christ et de son sacrifice sur la croix, incitant, au-delà de la simple vénération de l’insigne relique, à en comprendre la signification essentielle. Daniel Cazes, 2006.

Image:

© Jean-François Peiré

Musée:

Basilique Saint-Sernin