Retour à la recherche

Chloris caressée par Zéphir - statue


Numéro d'inventaire :

2004 1 103

Dénomination / Titre / Désignation :

Chloris caressée par Zéphir
statue

Auteur :

PRADIER, Jean-Jacques En savoir plus

Nom : PRADIER
Prénom : Jean-Jacques
Lieu de naissance : Genève
Date de naissance : 1792
Lieu de décès : Rueil
Date de décès : 1852

Date de création / Datation :

1849

Matière :

marbre

Technique :

taille

Mesures :

Hauteur : 165 ; Largeur : 47,5 ; Profondeur : 39

Domaine / Discipline :

Sculpture

Situation :

Exposé

Description :

Cette sculpture en marbre de Paros fut exposée au Salon de 1849 alors que son auteur, Pradier, était l’un des sculpteurs les plus reconnus en France. Elle représente la déesse Chloris, femme de Zéphir, dans une attitude de quasi abandon, la tête inclinée, le regard vague, la bouche entrouverte, essayant de dissimuler pudiquement sa nudité aux regards et de retenir la moisson de fleurs sur lesquelles elle va désormais régner. Elle vient de subir l’assaut amoureux du Dieu du vent et l’on sent son corps encore envahi par le plaisir. Avec cette œuvre, Pradier donne une image du désir avec force et décision. Les femmes constituaient l’élément essentiel de l’étude de son art, mais son utilisation systématique de sujets mythologiques, historiques et allégoriques pour célébrer à sa manière la beauté féminine a souvent été controversée par la critique. Celle-ci était unanime pour admirer l’adresse et l’habileté extrême d’exécution de l’artiste, mais lui reprochait également de galvauder l’art antique et la tradition. Une telle figure ne peut prendre son entière signification que si elle est replacée dans son véritable contexte, celui du renouveau helléniste et sensualiste de l’époque romantique dont elle faisait partie. © Toulouse, musée des Augustins

Image :

© Photo Daniel Martin

Musée :

Musée des Augustins