Retour à la recherche

La Démolition du monastère des Carmes]


Numéro d'inventaire :

400

Dénomination / Titre / Désignation :

La Démolition du monastère des Carmes]

Auteur :

POMIAN, Pascal En savoir plus

Nom : POMIAN
Prénom : Pascal
Lieu de naissance : Toulouse
Date de naissance : 1775
Lieu de décès : Toulouse
Date de décès : 1817

Rôle de l'auteur :

Dessinateur

Date de création / Datation :

1809

Lieu de création :

Toulouse

Matière :

Papier ; Filigrane

Technique :

Plume ; Aquarelle (dessin) ; Gouache (dessin)

Mesures :

Hauteur de la feuille (m) : 0,201 ; Largeur de la feuille (m) : 0,309 ; Passe-partout 40 x 50 cm

Domaine / Discipline :

Dessin

Situation :

Non exposé

Description :

Ce dessin, dont la vue est prise du cloître, déjà démoli (rue du Vieux-Raisin), montre la nef de l'église des Grands Carmes éventrée et les voûtes en partie détruites. Des ouvriers s'affairent à la démolition et déblayent les matériaux en utilisant brouettes, attelages et charettes, sous le regard curieux des habitants. L'ordre religieux des Carmes, d'abord établi au Feretra au début du XIIIe siècle sur un terrain menacé par les eaux de la Garonne, s'installe au coeur de la ville en 1264. L'église, consacrée en 1270, et le couvent occupent tout le grand quadrilataire de la place actuelle. A la Révolution, le couvent est nationalisé, seule l'église reste affectée au culte (mis à part le temps de la Terreur). Les autres batiments se délabrent peu à peu, faute d'entretien. L'ensemble est racheté par la ville en 1807. Trois ans plus tard, la démolition est décidée par la municipalité pour permettre l'aménagement d'une place. D'abord ornée d'une fontaine, elle accueille ensuite un marché aux herbes (déplacé de la place Rouaix). En 1892, un marché couvert est construit en architecture métallique sur le modèle des halles parisiennes de Victor Baltard. Détruit en 1960, il est remplacé, six ans plus tard, par une structure en béton abritant un marché et un parc automobile à six étages. (Mireille Serniguet, 2016)

Musée :

Musée Paul Dupuy