Retour à la recherche

Agrippine la Jeune - tête


Numéro d'inventaire :

87.1.1

Dénomination / Titre / Désignation :

Agrippine la Jeune
tête

Date de création / Datation :

49-54 ; 1er siècle

Matière :

marbre

Mesures :

Hauteur en cm : 31,5 ; Largeur en cm : 20 ; Profondeur en cm : 19

Date de collecte :

1969

Lieu de collecte :

Nègrepelisse (dans un jardin) : Nègrepelisse

Situation :

Non exposé

Description :

Fille d'Agrippine l'Ancienne et de Germanicus, soeur de Caligula et quatrième épouse de Claude, Agrippine la Jeune favorisa l'accès au trône impérial de son fils Néron, au détriment de Britannicus, fils de son époux et de Messaline. Néron écarta progressivement sa mère du pouvoir et la fit tuer en 59. Le site d'origine de ce portrait, découvert en remploi à Nègrepelisse (Tarn-et-garonne) est difficile à établir. La ville antique la plus proche était Cosa. Cette oeuvre importante proviendrait-elle de l'un de ses monuments publics ? La sculpture est de qualité, malgré l' usure de la surface du marbre, la disparition du nez, les lèvres endommagées, le menton ébréché, la brisure d'une partie du catogan. La coiffure, organisée de part et d'autre d'une raie médiane, forme, vers l'avant et les tempes, des mèches bouclées creusées au trépan (foret), et, vers l'arrière, un catogan plat et des torsades de cheveux descendant le long du cou, du type "anglaises". Cette coiffure renvoie à la mode du milieu du Ier siècle de notre ère. Certains détails permettent de placer ce portrait après le mariage d'Agrippine la Jeune avec Claude, en 49, et avant la mort de celui-ci, en 54. C'est la période où Agrippine eut rang d'impératrice (Augusta). Le portrait colossal découvert à Saint-Bertrand-de-Comminges et celui de Nègrepelisse sont les deux seules effigies sculptées de la célèbre Agrippine découvertes sur le territoire français. Daniel Cazes, 2008.

Image :

© Jean-François Peiré

Musée :

Musée Saint-Raymond