Retour à la recherche

Pot de pharmacie - Albarello


Numéro d'inventaire :

7078

Dénomination / Titre / Désignation :

Pot de pharmacie
Albarello

Date de création / Datation :

16e siècle, 4e quart

Lieu de création :

Montpellier

Matière :

Faïence

Technique :

Décor de grand feu

Mesures :

Hauteur en cm : 24,2 ; Diamètre en cm : 11,5

Domaine / Discipline :

Céramique ; Hygiène - médecine - santé

Situation :

Exposé

Description :

Cet albarello ou pot droit est une des premières céramiques languedociennes et peut être daté du dernier quart du XVIe siècle. D'une forme légèrement tronconique, il présente des épaulements côtelés et décorés d'une frise de fleurettes et de rinceaux stylisés. Le col et le pied sont soulignés par une bande ocre et des filets bleus. Le corps du vase présente un décor "a quarteri" de feuillages sur fond bleu et cartouches polylobés : l'un figure le portrait d'un personnage royal en buste sur fond vert et les deux autres un dauphin jaillissant de feuillages sur un fond ocre. Un écriteau se prolongeant par deux masques grotesques porte une inscription en lettres gothiques "Filoni. Ro", abréviation de Philonium romanum, électuaire à base d'opium, destiné à apaiser la douleur, et d'un usage très commun au XVIe siècle. Cette préparation tire son nom d'un célèbre médecin de l'Antiquité, Philon de Tarse (Ier siècle après J.-C.). Cet albarello est à rapprocher d'un autre de la collection Louis Cotinat présentant les mêmes épaulements "en côtes de melon" et la même frise de rinceaux bleus [...]. Le motif du dauphin est présent sur une série de six pots de l'apothicairerie de l'Hôtel-Dieu de Carpentras, des chevrettes de la collection Louis Cotinat et sur des pièces du musée national de Céramique à Sèvres caractérisées aussi par une double frise de feuilles d'acanthes sur fond ocre. L'attribution de ces céramiques reste encore incertaine : Nîmes ou Montpellier. [...] A Montpellier, le huguenot Pierre Estève (? - 1596), installé rue des Carmes, est actif dès 1570 et après son décès, son fils Jean assure la pérennité de l'atelier. De 1591 à 1599, le peintre Pierre Ducoin leur apporte son concours. Il est probable que c'est plutôt à cet atelier qu'il faut attribuer cet albarello. (Jean-Pierre Suzzoni, Le temps du caravagisme, Musée Paul-Dupuy, 2001).

Image :

Cliché Daniel Molinier

Musée :

Musée Paul Dupuy