Retour à la recherche

Coupe


Numéro d'inventaire :

26307

Dénomination / Titre / Désignation :

Coupe

Date de création / Datation :

400-375 av. J.-C.

Lieu de création :

Attique

Matière :

terre cuite

Technique :

figures rouges

Mesures :

Hauteur en cm : 9,3 ; Diamètre en cm : avec les anses 35

Lieu de collecte :

Lucanie : Italie

Domaine / Discipline :

grec

Situation :

Non exposé

Description :

Coupe à vasque à courbure continue, pied à tige de hauteur moyenne. Dans le médaillon central, délimité par un motif de méandre interrompu de carrés composites, un jeune homme nu se penche vers un homme jeune, imberbe, tenant une massue dans la main gauche ; il est assis sur un manteau et une peau de lion (repeinte) ; à l'extérieur, sur chaque face, entre deux jeunes gens drapés dont l'un tient un disque, se tient un athlète nu, un strigile à la main. Sous les anses, grandes palmettes inscrites dans des rinceaux. Le personnage masculin figuré dans le médaillon central est traditionnellement interprété comme étant Héraclès (Beazley-L.I.M.C.), peut-être en compagnie de son neveu Iolaos qui l'assiste dans ses travaux. L'identification d'Héraclès est fondée sur la massue à son côté. La léonté sur laquelle il est assis est un repeint, nous ignorons sur quoi. Peut-être le restaurateur a-t-il déduit l'image de cet attribut traditionnel du héros de l'autre attribut, la massue. Les attributs sont à considérer avec méfiance, l'étude d'ensembles d'images montre bien que seule la mise en relation de plusieurs d'entre eux devient signifiante. En admettant qu'il s'agisse bien d'Héraclès, l'image est différente de celle de l'amphore 26172 ; elle est caractéristique d'une nouvelle dimension du héros à partir des années 450 avant J.-C., en Attique puis en Italie du Sud. Elle est à mettre en relation avec l'image qu'en donne le théâtre ; ce n'est plus l'image de la force physique que met en scène l'imagier, mais celle du repos après l'effort. Héraclès devient l'homme du passage, il connaît le monde de l'au-delà, il acquiert une nature divine et apporte une promesse d'immortalité. Hélène Bordier.

Image :

© Materia Viva

Musée :

Musée Saint-Raymond