Retour à la recherche

Hercule enfant - ronde-bosse - modèle original


Numéro d'inventaire:

1996 1 1

Dénomination / Titre / Désignation:

Hercule enfant
ronde-bosse
modèle original

Auteur:

CLERC, Sylvestre En savoir plus

Nom : CLERC
Prénom : Sylvestre
Lieu de naissance : Toulouse
Date de naissance : 1892
Lieu de décès : Toulouse
Date de décès : 1965

Date de création / Datation:

1928

Matière:

plâtre

Technique:

moulage

Mesures:

Hauteur : 116 ; Largeur : 170 ; Profondeur : 60

Domaine / Discipline:

Sculpture

Situation:

Exposé

Description:

Sylvestre Clerc, fils d'une famille d'ouvriers, entra à l'École des Beaux-Arts de Toulouse en 1907 et eut comme professeurs Abel Fabre et Camille Raynaud. Il remporta de nombreuses récompenses dont le Grand Prix Municipal de sculpture qui lui valurent d'obtenir une bourse de sa ville pour rejoindre l'atelier de Jules Coutan aux Beaux-Arts de Paris en 1913. La guerre ayant interrompu ses études, il ne retrouva l'École qu'en 1919 où il connut encore les honneurs de nombreux prix. En 1925, il obtint le deuxième second prix de Rome pour les Vendanges antiques et en 1926, le premier second prix avec Judith (conservés au musée des Augustins). Pensionnaire de la Casa Vélasquez et praticien de Marcel Landowski, "Toulousain de Paris", il n'exposa que deux fois au Salon des Artistes Méridionaux. Il fonda en 1933 la section toulousaine du Comité central de l'Art pour la Paix organisant une exposition annuelle à la Chambre de Commerce de Toulouse où ses envois furent réguliers. En faisant l'acquisition d'une partie du fonds d'atelier de l'artiste, le musée est venu enrichir un ensemble de trois sculptures de Clerc mais aussi une belle collection de sculpteurs toulousains de cette époque (Vivent, Parayre, Privat, Monin, Duler, etc.). L'oeuvre acquise par le musée est le plâtre original, modèle de L'Hercule enfant en pierre qui obtint la médaille d'argent au Salon des Artistes Français en 1928. Ce dernier vint prendre place dans la partie médiane des allées Frédéric-Mistral, à Toulouse. La sculpture fut "pour ainsi dire donnée" comme le relate le Guetteur du Donjon (alias J.-R. Rozès de Brousse dans le Télégramme) dans un article consacré à l'inauguration de cette oeuvre. Le rapporteur y évoque une cérémonie "spartiate" avec comme seul représentant municipal le "sympathique Mr. Montariol" alors architecte en chef adjoint de la ville et ami de Sylvestre Clerc. Cet Hercule enfant étouffant les serpents est l'une des très nombreuses représentations de cette iconographie. Jupiter, époux infidèle de Junon, eut un fils, Hercule (Héraclès en grec), avec Alcmène. L'épouse outragée fit glisser des serpents dans le berceau de l'enfant qui, déjà fort puissant, les étouffa. Dans d'autres versions, les figures des serpents ont souvent donné l'occasion aux artistes de créer des entrelacs. Tel n'est pas le parti de Sylvestre Clerc. Les serpents déjà morts sont massifs et forment un bloc derrière l'enfant. On ressent le poids des deux monstres en observant le jeune Hercule les traîner. C'est sa force et la puissance que l'artiste donne à voir à travers ce corps trapu. La sculpture en pierre ayant subi les affres du temps et du vandalisme, elle a été déposée au musée des Augustins et remplacée par un moulage. © Toulouse, musée des Augustins - Caroline Latour, extrait de la notice tirée du catalogue « 25 ans d’acquisitions au musée des Augustins (1985-2009) », 2009.

Image:

© Photo Daniel Martin

Musée:

Musée des Augustins