Retour à la recherche

Evêque céphalophore - statue


Numéro d'inventaire:

77 7 2

Dénomination / Titre / Désignation:

Evêque céphalophore
statue

Auteur:

Anonyme En savoir plus

Nom : Anonyme

Date de création / Datation:

1476-1500

Matière:

calcaire

Technique:

taille directe

Mesures:

Hauteur : 78 ; Largeur : 32 ; Profondeur : 24

Date de collecte:

1977

Lieu de collecte:

Couvent des Augustins : gd cloître, gal orientale : Toulouse

Domaine / Discipline:

Sculpture

Situation:

Exposé

Description:

Le 26 avril 1977, alors que l'on creusait dans la galerie orientale du grand cloître des Augustins une tranchée pour l'installation de canalisations de chauffage, la pelle rencontra une résistance particulière devant la grande fenêtre septentrionale de la chapelle Notre-Dame-de-Pitié. Le dégagement du remblai fut poursuivi avec attention et, dans l'émotion générale, les fouilleurs virent apparaître, soigneusement rangées dans une fosse selon trois couches successives séparées par des lits de sable, neuf sculptures de la fin du Moyen Age [dont l’"Evêque céphalophore" N.D.R.]. Revêtu de l'aube, de la dalmatique et d'une ample chasuble, cet évêque debout est décapité. De ses deux mains il présente délicatement sa tête mitrée appuyée selon une oblique contre là partie droite de sa poitrine. Quelques boucles de cheveux s'échappent de la mitre ornée de gemmes simulées. On appréciera tout particulièrement la finesse du visage à la bouche bien dessinée, aux yeux nettement fendus, assez étirés, aux paupières inférieures légèrement retournées et affaissées. On regrettera la mutilation du nez. Tous les traits du visage sont soigneusement liés par un modelé subtil qui adoucit creux et saillies. Le polissage a ensuite été poussé très loin afin d'atteindre un raffinement extrême dans l'expression. La même recherche a présidé à l'organisation de la draperie. L'aube tombe en plis tuyautés droits qui s'écrasent sur le terrain. La chasuble est parcourue de profondes gouttières séparées par d'épais bourrelets d'étoffe, aux tracés le plus souvent rectilignes et anguleux, qui constituent autant de lignes de force et concentrent en eux toute l'énergie de cette sculpture. Identifier le personnage avec certitude est difficile : on pense à saint Denis mais les évêques céphalophores (décapités et portant leur tête) ne manquent pas dans l'hagiographie. A Toulouse et en Languedoc, saint Papoul, compagnon de saint Saturnin était ainsi représenté (voir la châsse de saint Papoul, du début du XVIe siècle, dans le déambulatoire de la basilique Saint-Sernin). © Toulouse, musée des Augustins - Daniel Cazes, notice tirée du catalogue « Musée des Augustins 1969-1984 - Nouvelles acquisitions », 1984.

Image:

© Photo Daniel Martin

Musée:

Musée des Augustins