Retour à la recherche

Le Cloître des Augustins - tableau


Numéro d'inventaire :

90 2 1

Dénomination / Titre / Désignation :

Le Cloître des Augustins
tableau

Auteur :

CAPOUL, Charles En savoir plus

Nom : CAPOUL
Prénom : Charles
Lieu de naissance : Toulouse
Date de naissance : 1835 vers
Lieu de décès : Paris

Date de création / Datation :

1890 vers

Matière :

toile

Technique :

peinture à l'huile

Mesures :

Hauteur : 92 ; Largeur : 73

Domaine / Discipline :

Peinture

Situation :

Non exposé

Description :

Ce tableau du frère du célèbre ténor toulousain Victor Capoul est le seul actuellement conservé dans une collection publique. L’artiste, totalement inconnu, est parfois confondu avec Honoré, dont l’Ecole des Beaux-arts de Toulouse conserve une Académie d’homme. Nous n’avons pu résoudre ce problème d’identité. La motivation de l’acquisition fut, certes, d’intérêt doublement local puisqu’elle permettait de faire entrer dans les collections l’œuvre d’un artiste toulousain non représenté, de surcroît, avec une vue du monument abritant le musée. Néanmoins, la fascination qu’exerce l’œuvre est plus subtile et résulte de la superposition d’une reconstruction érudite du bâtiment et de la vision fantastique d’une procession de moines. Le clocher de l’église des Augustins fut, on le sait, frappé par la foudre le 14 septembre 1550. Il présente aujourd’hui un aspect caractéristique, amputé de son clocher et d’un niveau. Les arcades du cloître n’ont, en revanche, pas subi d’altération significative. Capoul se pique d’exactitude documentaire mais, en revanche, les sculptures fantasmagoriques disposées à intervalles réguliers sous les arcades et l’étrange procession des moines portant une châsse, paraissent plus fantaisistes. Il n’est pas impossible que cette procession soit une action propitiatoire suite à l’un des événements les plus dramatiques de l’histoire du couvent, la mise à sac de 1542. Le caractère solennel du rituel représenté s’accorde bien avec l’excommunication des pillards obtenue par les moines. Ce n’est là qu’une hypothèse car nous ignorons tout des circonstances de la réalisation de ce tableau. On aurait volontiers parlé de peinture troubadour si l’on n’était à une date aussi avancée dans le XIXe siècle. En fait, ce tableau présente la même vision d’un Moyen Âge fait d’obscurantisme et de solennité que les décors de l’escalier du Capitole de Toulouse. La description du jardin du cloître avec son atmosphère de plein air vient alléger la vision sinistre d’une cérémonie immémoriale et inquiétante. Un des axes de la politique d’acquisition du musée consiste à regrouper des vues de son bâtiment, témoignant de son histoire avant l’établissement du musée ou des transformations muséographiques, à condition que les oeuvres aient un intérêt artistique réel. © Toulouse, musée des Augustins - Axel Hémery, extrait de la notice tirée du catalogue « 25 ans d’acquisitions au musée des Augustins (1985-2009) », 2009.

Image :

© Photo Daniel Martin

Musée :

Musée des Augustins