Retour à la recherche

Guerrier à l'antique - maquette - statuette


Numéro d'inventaire:

2001 1 1

Dénomination / Titre / Désignation:

Guerrier à l'antique
maquette
statuette

Auteur:

LUCAS, François En savoir plus

Nom : LUCAS
Prénom : François
Lieu de naissance : Toulouse
Date de naissance : 1736
Lieu de décès : Toulouse
Date de décès : 1813

Date de création / Datation:

1777

Matière:

terre cuite

Mesures:

Hauteur : 59 ; Largeur : 22,5 ; Profondeur : 19

Domaine / Discipline:

Sculpture

Situation:

Exposé

Description:

Formé à l’Académie royale des arts de Toulouse dont son père, également sculpteur, avait été l’un des fondateurs, François Lucas fut le sculpteur le plus en vue de son temps. Professeur reconnu de modèle vivant et de ronde-bosse mais aussi de dessin, c’est à ce titre qu’il forma les artistes de la jeune génération, dont Lange ou Vigan et un certain Jean Auguste Dominique Ingres. Artiste aux talents multiples, les Etats du Languedoc lui commandèrent le décor monumental de l’embouchure du canal des Deux-Mers en 1771. Il travailla également pour des propriétaires privés au décor de nombreux jardins et châteaux, le plus souvent en terre cuite. Le personnage acquis par le musée des Augustins pourrait être une esquisse exécutée pour l’une des figures de ces décors. En effet, deux autres sculptures de taille identique, un homme et une femme, également en terre cuite, sur une base carrée, présentées lors d’une vente récente (Saint-Germain-en-Laye, 11 novembre 2007, étude Schmitz et Laurent, n° 93 du catalogue), pourraient bien appartenir au même ensemble que notre fougueux guerrier. Le personnage masculin est par ailleurs comme notre statuette, signé et daté 1777. Les attitudes très dynamiques des trois personnages, pris dans l’action, présentent un esprit tout à fait similaire. De manière rapide et présomptueuse, nous avions proposé de reconnaître dans ce guerrier sur le point de dégainer son épée, Hylas, l’un des compagnons d’Hercule dans sa quête de la Toison d’Or. Lucas était particulièrement féru d’histoire antique, il illustra l’« Enéide » de Virgile et « L’Illiade et l’Odyssée », aussi un sujet tiré de l’histoire romaine, réelle ou mythique, paraît-il l’hypothèse la plus vraisemblable. Cependant, il serait vain de tenter de préciser davantage, car si les personnages sont expressifs, ils ne possèdent pas d’attributs nettement distinctifs. Antiquaire passionné et soucieux de la préservation des modèles antiques pour la formation de ses élèves, Lucas fut aussi l’un des artistes à l’origine du musée de Toulouse. © Toulouse, musée des Augustins - Charlotte Riou, extrait de la notice tirée du catalogue « 25 ans d’acquisitions au musée des Augustins (1985-2009) », 2009.

Image:

© Photo Daniel Martin

Musée:

Musée des Augustins