Retour à la recherche

Maquette pour un Monument à Clémence Isaure - st...


Numéro d'inventaire :

49 17 1

Dénomination / Titre / Désignation :

Maquette pour un Monument à Clémence Isaure
statuette
maquette

Auteur :

FAUVEAU, Félicie de En savoir plus

Nom : FAUVEAU
Prénom : Félicie de
Lieu de naissance : Florence
Date de naissance : 1799
Lieu de décès : Florence
Date de décès : 1886

Date de création / Datation :

1845

Fonction d'usage :

projet

Utilisateur / destinataire :

Ville de Toulouse En savoir plus

Nom : Ville de Toulouse

Matière :

plâtre

Mesures :

Hauteur : 47,2 ; Largeur : 17 ; Profondeur : 15

Domaine / Discipline :

Sculpture

Situation :

Non exposé

Description :

Passée rapidement par l'atelier de Gros, Félicie de Fauveau reçoit d'abord une formation de peintre dans l'atelier de Louis Hersent, à Paris, puis s'adonne à la sculpture. À la mort de son père en 1824, qui la laisse désargentée, elle s'engage dans une carrière artistique pour subvenir aux besoins de sa famille. Sa vie fut des plus aventureuses : ses engagements politiques auprès de la duchesse de Berry lui firent prendre part activement, en 1830-1832, aux insurrections vendéennes. Emprisonnée quelques mois à la prison pour femmes de Fontenay-le-Comte, elle décora les murs de sa cellule d'une fresque à la mémoire de Boisnormand de Bonnechose, page de Charles X qui fut tué en 1830. Après la révolution de Juillet, elle fut condamnée à la perpétuité par contumace après 1832 et s'exila à Florence (1833) où elle demeura jusqu'à sa mort. Elle travailla avec succès pour un petit cénacle européen très aristocratique à qui elle procurait les statues et les pièces d'orfèvrerie qui correspondaient à leurs goûts par la préciosité de l'inspiration et de la conception. Son portrait par Ary Scheffer est conservé au musée du Louvre. La sculpture des années 1830-1850, marquée par des personnalités telles que Rude et David d'Angers, voit s'épanouir, dans le sillage du romantisme, un courant d'inspiration "gothique" qui renie la source antique et se réfugie dans un Moyen Âge largement rêvé, qui dérive souvent vers la Renaissance, voire le XVIIe siècle, celui-là même qu'avait mis en scène Alexandre Lenoir au musée des Monuments français. Cette maquette fut remise au Conseil municipal de la ville de Toulouse pour examen lors de la séance du 10 mai 1845, à la demande du conseiller municipal Daunassans, mais l'oeuvre en grandeur réelle ne fut jamais réalisée. Elle a été attribuée à Félicie de Fauveau par Louis Peyrusse (lettre du 15 novembre 1980 conservée aux archives du musée). © Toulouse, musée des Augustins - Alain Daguerre de Hureaux, extrait de la notice tirée du catalogue « Cent ans de sculpture (1750 -1850) - La collection du musée des Augustins », 2002.

Image :

© Photo Daniel Martin

Musée :

Musée des Augustins